Interview du créateur – Greg’s Home

Share Button

Qui es-tu Greg, d’où viens-tu et comment es-tu arrivé ici ?

Je suis une personne très polyvalente (un touche à tout). J’ai l’impression d’avoir exercé tous les métiers du monde mais je suis toujours en recherche pour apprendre. Je me considère avant tout comme un Artiste / Designer par le biais de mes études et par la relation que j’entretiens avec tous les Arts.

Ma particularité : Je vis dans une péniche proche de Paris que j’ai construite moi même. Je suis entouré de verdure pour  rester dans un environnement calme et propice à la réflexion. J’ai un atelier proche de chez moi pour pouvoir m’exprimer à 100% avec mes créations.

Pourquoi t’être lancé dans cette aventure ?

De 14 à 25 ans j’ai vécu une vraie frustration artistique. Après une éducation extrêmement riche (maman : couturière et peintre, papa : une encyclopédie vivante, papy : bâtisseur, mon oncle : mécanicien d’Harley ancienne). J’étais animé par une forte envie de toucher et d’essayer un maximum de pratiques sans au final réellement trouver ma voie. Je suis passé par beaucoup d’étapes pour enfin trouver le vrai chemin : La décoration et l’art, deux matières qui sont sans limites. J’aime ne pas être bridé dans ce que je fais.

Quelle est ton approche du travail de moulage ?

Au départ, je ne moulais pas mes propres œuvres.  L’histoire à commencer assez drôlement, je désirais une statue sublime qu’il y avait dans la salle de cours de dessin quand j’étais ado. Le professeur ne voulait surtout pas que j’y touche. Honnêtement je vais vous le dire, du haut de mes 16 ans, j’ai volé à court terme cette statue. Je l’ais moulée puis remise à sa place quelques jours plus tard sans attirer l’attention du professeur. C’était fabuleux !!

Plus tard mon étude s’approfondit avec l’arrivée  du latex, du silicone et les nouveaux matériaux de coulée / rotomoulage. Aujourd’hui, pour mes créations, j’utilise la plastiline, c’est une pâte de modelage utilisée par les sculpteurs.

Où puises-tu ton inspiration pour le design de tes pièces ?

J’arrive toujours à trouver dans n’importe quelle époque, style, mode, type d’architecture une inspiration, un détail qui fera germer en moi une idée. Mon inspiration de base provient surtout de l’enfance : L’imaginaire, les histoires de pirates, mes albums de Tintin, l’aventure, les récits et les contes… J’ai un petit coté syndrome de Peter Pan que j’assume pleinement. C’est ce que je recherche à exprimer avec mes créations. Un objet qui attire l’œil, qui raconte une histoire et qui vous plonge directement dans votre imaginaire d’enfant.

Combien de temps cela te prend-il pour réaliser une vanité ?

Tout dépend de quelle vanité, sa finition et son matériau. Je ne compte pas véritablement mon temps. Un jour tout va bien et le jour d’après chaque tirage a besoin de plus d’attention (ponçage, problèmes de compatibilité peinture ou résine …) … Votre mamie compte t’elle son temps quand elle vous prépare un gâteau remplis d’amour ?!

Tu travailles le plâtre céramique et le béton, quoi d’autre ?

Tout ce dont j’ai besoin pour atteindre mon but. En fait c’est mon idée qui dicte quoi utiliser et non le contraire. Pour ce fait je touche à énormément de matériaux différents. L’acier, le bois, je soude, je meule, je coupe, je ponce, les résines ( pu-polyester-acryliques) , plâtres, porcelaine, or (fin), silicone, latex, peinture, laiton… Et bien d’autres encore.

Des projets pour la suite ?

Je donne mon Joker -rire-

J’ai en projet une pièce monumentale destinée aux galeries d’art prestigieuses dont je ne peux pas encore parler.

Pour la boutique Les Esthètes, je vais bientôt vous proposer  un concept de porte manteau très «  20 milles lieues sous les mers » de Jules Vernes. Je vais ensuite continuer ma série d’objets sur le thème de l’octopus, des fonds marins et du style steampunk que j’affectionne beaucoup.

De toutes tes créations, quelle est celle dont tu es le plus fier ?

Toutes mes créations ont leurs places dans mon cœur. Chacune représente un espace temps de ma propre vie. Ce dont je suis le plus fier serait plutôt « un instant ». Celui qui vient après de nombreuses heures passées sur un projet, tu peux enfin prendre de la distance et admirer le travail accompli. J’appelle ça « la récompense ».

Que voulais-tu faire quand tu étais petit ?

Faire ce que je veux ! (Je suis sur la bonne route -rire-)

Pour terminer, un endroit en France que tu aimerais nous faire découvrir ?

Paris : la vile lumière, fief de la culture française, de l’architecture, du savoir et du pouvoir. Paris est la plus belle et la plus riche ville du monde à mes yeux.

greg's home photo enfant interview
Photo du créateur Greg enfant
créateur français skull crâne greg's home déco
Greg’s Home dans son atelier
Greg's Home au travail sur sa péniche
Greg’s Home au travail sur sa péniche

–Merci au créateur Greg’s Home pour cet interview–

Laisser un commentaire